La pollution des écosystèmes aquatiques



“ L’eau est la source de la vie sur Terre ”

Que contient l'eau au naturel ?

Dans la nature, l'eau est un milieu vivant qui renferme bien d'autres éléments que les deux atomes d'hydrogène pour un atome d'oxygène(H2O). L'eau se charge des éléments présents dans les milieux qu'elle traverse.

Les matières minérales :
L’eau contient beaucoup d’ions dissous dont les principaux sont le calcium (Ca2+), le magnésium (Mg+), le sodium (Na+), le potassium (K+), les carbonates (CO3 2-), les bicarbonates (HCO3-), les sulfates (SO42-), les chlorures (Cl -) et les nitrates (NO3-).

Les matières organiques :
Les matières organiques peuvent être présentes sous forme dissoute (carbohydrates, acides humiques, pigments et composés d’origine artificielle comme les hydrocarbures, les solvants chlorés ou les pesticides) ou en suspension (déchets végétaux, plancton…). Elles proviennent pour l’essentiel de la dégradation de la matière organique présente dans le milieu ou dans les sols lessivés par les pluies (décomposition des plantes et des animaux), mais aussi de composés issus de l’activité humaine.
La composition chimique de l'eau doit être constante pour assurer la survie des individus, spécialement les teneurs en matières minérales et en gaz dissous.

LA POLLUTION

La pollution de l'eau est une dégradation physique, chimique ou biologique de ses qualités naturelles, provoquée par l'homme et par ses activités. Elle perturbe les conditions de vie et l'équilibre du milieu aquatique et compromet les utilisations de l'eau. Elle peut concerner les eaux superficielles (rivières, plans d'eau) et/ou les eaux souterraines. Le degré de pollution s’exprime en demande biochimique en oxygène sur 5 jours (DBO5) et en demande chimique en oxygène (DCO).

a) La pollution des écosystèmes aquatiques continentaux

Un milieu aquatique est dit pollué lorsque son équilibre a été modifié de façon durable par l’apport en quantités trop importantes soit de substances plus ou moins toxiques, d’origine naturelle ou issue d’activités humaines, soit encore d’eaux trop chaudes.
Tous les polluants ne présentent pas les mêmes risques pour les écosystèmes. Certains notamment sont biodégradables. Riche en espèces animales et végétales et en micro-organismes, un écosystème est naturellement capable de transformer et d’éliminer, en partie ou en totalité, les substances biodégradables qu’il reçoit et d’assurer ainsi le maintien de son équilibre et de la qualité de ses eaux. Grâce aux phénomènes de filtration et d'oxydation, combinés à l'action des organismes (bactéries, insectes, plantes…) vivant dans le milieu aquatique et sur les berges.
Mais, si l’abondance de ces substances dépasse un seuil critique, ses capacités d'auto-épuration ne suffisent plus : l’agent polluant ne peut plus être éliminé assez rapidement ; il s’accumule, rompant progressivement l’équilibre dynamique naturel du milieu aquatique, et peut même devenir toxique. On dit alors qu’il y a pollution.
D’autres agents polluants, comme les plastiques, les métaux et certains pesticides
, ne sont pas ou peu biodégradables et perturbent ce phénomène naturel. L'auto-épuration de l'eau a ses limites.
 

b) Origines de la pollution 

·         domestique 

26 % du territoire de la Martinique est urbanisé. Compte tenu du relief, cette urbanisation se concentre sur les franges littorales et sur le centre de la Martinique où elle génère une pollution importante par les eaux pluviales.

 Les rejets urbains proviennent des différents usages domestiques de l’eau :
- les eaux ménagères provenant des salles de bains, des cuisines, des eaux de lavages sont chargées de détergents, de graisses, de solvant et de débris organiques ;
- les eaux "vannes" provenant des WC sont chargées de matières organiques azotées et de germes
fécaux. A ceux-ci s’ajoutent :
- les rejets industriels, commerciaux et artisanaux ;
- les eaux pluviales qui lessivent les toits et le bitume et sont chargées en produits minéraux et organiques.
                                                                                                             

En Martinique, la pollution urbaine résulte d'un réseau de collecte des eaux usées insuffisant.
À titre d'exemple, les cinq communes qui enserrent la baie de Fort-De-France totalisent plus de 170000 habitants, alors que les dix stations d'épuration actuellement en service sont prévues pour un peu plus de 130000 habitants.
Certains quartiers ne sont donc pas raccordés au réseau de collecte des eaux usées et de nombreuses maisons individuelles ne disposent pas de fosses septiques ; des effluents usagés sont donc déversés dans les rivières via la baie de Fort-De-France. Les eaux usées domestiques sont responsables de 60 à 70 % de la contamination des eaux douces en matières organiques. D’autre part, l’azote et le phosphore, éléments nutritifs apportés de manière excessive par les eaux usées, entraînent une eutrophisation qui se traduit par des proliférations de végétaux.
 
  

·     agricole 

 L’agriculture occupe le 1/3 de la surface de l’île. Elle est dominée par la culture intensive de la banane, grande consommatrice d’eau. L’élevage (notamment porcin) se développe, souvent sans respect de la réglementation et trop fréquemment à proximité immédiate des cours d’eau. Les engrais chimiques (nitrates et phosphates) altèrent la qualité des nappes souterraines qu'ils atteignent par infiltration des eaux.
 Les produits phytosanitaires (herbicides et pesticides) sont utilisés pour le traitement. La situation dans le Nord-Atlantique de la Martinique est particulièrement dégradée Ce sont chaque année près de 2 000 tonnes d'insecticides, de pesticides et de
fongicides (Direction de l'Agriculture et de la Forêt, 1994) et plusieurs milliers de tonnes d'engrais
qui sont utilisées..
 Les déjections animales qui accompagnent les élevages intensifs s'évacuent dans les cours d'eau et les nappes souterraines ; elles constituent une source de pollution bactériologique.

·         industrielle

 L’activité industrielle est marquée par l’agro-alimentaire et l’extraction de matériaux, activité à forte tendance polluante. L’industrie est responsable de la moitié des rejets polluants organiques et de la quasi-totalité des rejets toxiques : métaux lourds et polluants organiques persistants. Elles sont dues à des rejets de matières en suspension(MES), de matières organiques(MO), de produits azotés ou phosphorés, de produits toxiques.

Principaux rejets identifiés par secteur industriel : 

SECTEUREXEMPLESREJETS PRINCIPAUX
Agro-alimentaireFabrication de yaourts, embouteillage de boissons, crèmes glacéesMOMES
Chimie Peinture, blanchisseriesMO et produits chimiques mais petites unités et traitement des effluents
EnergieSARA, EDFDCO, MO, hydrocarbures, eau chaude
Industrie minérale et carrièresFabrication de ciment, centre d’enrobage à chaudMES
Imprimerie Peu présentes, utilisent arsenic, chloro-fluocarbures, mercure, substances organiques
Industrie navaleCarénage et construction navaleRejet de sable chargé en métaux lourds
Industrie automobileCarrosserie, lavagephosphates
Industrie des métauxFonderie d’aluminiumSolvants, MO
MédicalLaboratoires d’analysesQuasiment tous les rejets sont traités
Vidange et curage de fosses sceptiques DCO, MES
Abattoirs MES, MO


c) L'eau agressée : les types de pollution

La pollution physique altère la transparence de l'eau (présence de matières en suspension), agit sur sa température (pollution thermique) ou sa radioactivité.

La pollution chimique est due à des substances indésirables (nitrates, phosphates) ou dangereuses (métaux et autres micropolluants), qui provoquent de profonds déséquilibres chimiques (acidité, salinité) ayant des effets biologiques. Elle peut être chronique, accidentelle ou diffuse.

La pollution organique de l'eau, provenant des matières organiques et oxydables des eaux usées domestiques et des industries agro-alimentaires, provoque une surconsommation d'oxygène (nécessaire à sa dégradation) et peut entraîner la mort de la vie aquatique. Elle peut également provoquer l'apparition ou la mise en solution de produits non désirables (métaux, ammoniac, sulfures).

La pollution microbiologique introduit dans l'eau des micro-
organismes, dont certains sont des germes pathogènes (virus, bactéries). Les rejets provenant de l'intestin des animaux et de l'homme sont évacués dans le sol ou déversés dans les cours d'eau. Ils y subissent une épuration naturelle. Mais s'ils parviennent trop rapidement à une ressource en eau, ils peuvent provoquer une pollution microbiologique.
La désinfection systématique des eaux dans les pays industrialisés a pratiquement éliminé les incidences de la pollution microbiologique sur la santé. De nouvelles
recherches sont en cours pour diminuer encore ces risques. C'est aussi le rôle des traitements appliqués à l'eau..
 

Voir http://www.edumedia-sciences.com/a423_l1-pollution-des-eaux.html

d) Quelques exemples précis

·         Les nitrates

Présents à l'état naturel dans le sol et solubles, ils pénètrent dans le sol et les eaux souterraines et se déversent dans les cours d'eau. Mais ils sont aussi apportés de manière synthétique par les engrais. Les nitrates (formule chimique NO³ -) sont l'une des causes de la dégradation de l'eau.  Partant d'un principe de précaution, la norme de potabilité pour l'eau a été fixée à 50 mg/l. Les autorités sanitaires locales veillent à ce que le consommateur soit convenablement informé lorsque cette norme est dépassée. Au-delà de 100mg/l, l'eau ne doit pas être consommée.Leur excès provoque un développement anarchique des végétaux aquatiques, la diminution de la teneur en oxygène, la disparition des animaux vivants dans les cours d’eau.

·         Les pesticides

Produits phytosanitaires, ils sont issus de substances chimiques telles que les insecticides ou les désherbants. Ils contaminent les eaux de surface (cours d'eau, lacs…) et les eaux souterraines. L'agriculture est le premier utilisateur de pesticides avec les services publics, les collectivités locales et les particuliers qui entretiennent les jardins. La France est le deuxième consommateur mondial de pesticides après les Etats-Unis. La norme fixe à 0,1 microgrammes (µg) par litre la concentration maximale pour chaque type de pesticide identifié et à 0,5 µg par litre la concentration totale en pesticides. Plus de 300 types de pesticides sont déjà sur le marché. Pour répondre à l'évolution constante des produits phytosanitaires, les laboratoires des sociétés de service des eaux doivent sans cesse adapter les traitements aux nouveaux produits arrivant sur le marché.

·         Le chlore

C'est le désinfectant le plus utilisé pour l'élimination des germes pathogènes et pour la sécurité sanitaire du transport de l'eau dans les canalisations. En se combinant aux matières organiques, le chlore élimine les éléments indésirables. Le chlore ne représente aucun risque pour la santé. Les pouvoirs ont fixé la limite de teneur en "chlore résiduel" à 0,1 microgrammes (µg) par litre. Cela correspond à une goutte de chlore pour 1 000 litres d'eau. Cette valeur est souvent dépassée. 

Les recherches technologiques ont permis la mise au point d'un nouveau système de traitement de l'eau. Son principe : la "filtration sur membranes". L'eau passe au travers de membranes dont les pores sont tellement petits qu'ils permettent de retenir des éléments comme les virus ou les bactéries pathogènes. Ce procédé permet de limiter la chloration de l'eau distribuée. Le goût en est ainsi amélioré.

·         Le plomb

Le plomb est un métal lourd très toxique. Pourtant, bon nombre de tuyauteries sont en plomb. Les contaminations sont dues à l'essence plombée et à l'eau du robinet.  L'eau douce (peu minéralisée) est un facteur de risque avéré.L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande de ne pas dépasser 10 microgrammes (µg) de plomb par litre. Or, pour l'instant, la réglementation française a mis la limite à 50 ! Toutefois, la nouvelle directive européenne sur l'eau potable adoptée en 1998, descendra le maximum admissible au robinet à 25 fin 2003 et à 10 en 2013.Les principaux responsables sont les tuyauteries internes des maisons et des immeubles ainsi que les branchements publics. Les grandes agglomérations en comptent encore beaucoup. Il faudrait remplacer toutes les conduites en plomb, privées et publiques. Mais cela coûtera cher à la France : 120 milliards de francs. L'autre solution, pour limiter les teneurs au plomb au robinet, c'est de traiter l'eau en usine. Applicable dans l'immédiat, cette technique coûte peu cher : quelques centimes par mètre cube. Les spécialistes assurent qu'elle permettrait dans tous les cas de passer en dessous de la limite de 25 µg/L au robinet.

Des mesures réalisées dans la baie de Fort-De-France ont révélé des teneurs en zinc, cuivre, plomb, cadmium, vanadium, nickel, cobalt à des taux supérieurs aux seuils de toxicité généralement admis pour la faune et la flore sous-marines.

   

e) La législation

Le décret wallon du 7 octobre 1985 sur la protection des eaux de surface contre la pollution définit légalement la pollution de l'eau  comme " Le rejet de substances ou d'énergie effectué par l'homme dans le milieu aquatique, directement ou indirectement, et ayant des conséquences de nature à mettre en danger la santé humaine, à nuire aux ressources vivantes et au système écologique aquatique, à porter atteinte aux agréments ou à gêner d'autres utilisations légitimes des eaux " (point 12°, article 2).

Le décret wallon du 30 avril 1990 sur la protection et l'exploitation des eaux souterraines et des eaux potabilisables définit aussi la pollution de l'eau comme " Le rejet de substances ou d'énergie effectué par l'homme dans les eaux souterraines, dans les eaux de surface ordinaire et dans les voies artificielles d'écoulement et ayant des conséquences de nature à mettre en danger la santé humaine ou l'approvisionnement en eau, à nuire aux ressources vivantes et au système écologique ou à gêner d'autres utilisations légitimes des eaux " (point 4°,article 1er).

La proposition de directive européenne instituant un cadre pour l'action communautaire dans le domaine de l'eau définit le terme de "pollution" comme “l’introduction directe ou indirecte, par l'activité humaine, de substances, de vibrations, de chaleur ou de bruit dans l'air, l'eau ou le sol, susceptibles de porter atteinte à la santé humaine ou à la qualité de l'environnement, d'entraîner des détériorations aux biens matériels, une détérioration ou une entrave à l'agrément de l'environnement ou à d'autres utilisations légitimes de ce dernier ”.

CONCLUSION

En définitive, avec l’augmentation de la population, l’urbanisation croissante, l’industrialisation, et l’intensification de l’agriculture, les usages de l’eau se sont multipliés et sa consommation a connu un formidable accroissement. Ce développement s’est accompagné d’une inévitable augmentation des rejets ménagers, urbains, agricoles et industriels : les taux de pollution des milieux aquatiques de la Martinique se sont accrus.

Aujourd’hui, bien rares sont les régions du monde épargnées et les milieux aquatiques continentaux non pollués. La Martinique n’échappe pas  à cela  : 40% des eaux sont de bonne qualité, 40% de qualité mauvaise et 20% sont de qualité passable. Mais la pollution n’est pas une dégradation irréversible. La qualité de l’eau est  un enjeu essentiel à notre santé. Il est donc important de protéger les écosystèmes de la Martinique et de réduire les impacts de la pollution sur nos précieuses ressources en eau.

Commentaires (1)

1. Vanessa 16/06/2015

Si vous êtes à la recherche d'une opportunité de travail sur internet !
Que diriez-vous de recevoir un salaire chaque mois, à vie ?


Vous pouvez vous créer un revenu passif à vie simplement en publiant des livres sur Amazon, sans avoir à faire de publicité ou créer de site, car c’est Amazon qui s’occupe des ventes en lui versant une partie comme commission.
Vous pouvez générer des revenus réguliers et illimités, plus vous publiez d’ebooks plus vous gagnez. Voici le lien: http://revenumensuel.com/

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site